C’est à cause de toi que je suis indépendantiste.

dedo

C’est l’arrogance. C’est l’insolence. C’est le despotisme. C’est l’agressivité. C’est l’insulte. C’est le mépris. C’est cette attitude de pourfendeur qui snobe. C’est la vocation de bagarreur, de fier-à-bras de bistrot. C’est l’incapacité pathétique de négocier ou de transiger. C’est le manque absolut d’intelligence émotionnelle ou sociale. C’est l’impérialisme encodé dans l’ADN. C’est la colonisation intégrale.

C’est également le paternalisme castrateur. C’est cette forme de défi à la loi de la gravité qui t’amène à la lévitation par dessus du bien et du mal. C’est l’omission de la propre culpabilité. C’est la négation des névroses collectives. C’est la peur à l’inconnu. C’est l’incapacité centenaire d’admettre et de promouvoir la diversité. C’est l’ignorance en tant que principe de vie. C’est le militantisme en la négation.

C’est cette fichue obsession pour diviser le monde en bons et méchants. C’est la volonté malsaine à cacher la complexité. C’est la censure. C’est le mensonge. C’est la tergiversation. C’est le manichéisme. C’est la démagogie déguisée en idéologie.

C’est toi. Définitivement c’est toi. C’est toi qui croit savoir plus que nous mêmes de notre propre histoire. C’est toi celui qui casse. C’est toi celui qui castre. C’est toi celui qui provoque l’indignation. C’est toi celui qui parle comme s’il avait avalé un million de manuels d’auto-assistance. C’est toi et ta grande pompe.

C’est toi et ton “Regarde ta carte d’identité”. C’est toi et ton “Parle espagnol! nous sommes en Espagne”. C’est toi et tes blagues xénophobes. C’est toi qui manipule les mots, les nombres, les sondages, les points de vue, les réalités et tout ce qui représente un risque pour tes propres théories. C’est toi et l’infamie. C’est toi et l’ignominie. C’est toi et ton cynisme. C’est toi et tes faussetés. C’est à cause de toi que je suis indépendantiste.

Vull agrair la col·laboració de  en la traducció d’aquest text. Moltes gràcies

Àlex

Em pots seguir al Twitter @blogsocietat i també al Facebook